Spirale des jobs

Ça recommence, je remets tout en question juste au moment où mes efforts auraient enfin pu être récompensés. La spirale infernale se remet en place. Découverte, fusion totale : plus rien d’autre n’existe, passion absolue :  seul mon sujet a du sens, et d’un seul coup, sans prévenir, au détour d’une phrase, d’une virgule, d’une réflexion anodine, plus rien : l’ennui. Le vide.

Je reprends la main, m’interroge, virevolte, touche à tout jusqu’à être à nouveau happée dans une obsession éphémère qui se transforme en métier puis en désamour, c’est la loi.

Découvrir internet, ouvrir un blog pour voir. Y aller chaque jour raconter des histoires. Rencontrer des lecteurs. De plus en plus de lecteurs. Adorer ça. Vouloir tout maîtriser, apprendre le langage CSS pour pouvoir changer le design seule, apprendre le HTML pour ajouter des fonctionnalités. Rêver un instant de devenir développeur. Taper des chiffres et des lettres et faire apparaître des images. Magie. Ecrire des textes et obtenir des milliers de commentaires. Avoir un avis décalé et m’apercevoir que beaucoup le partagent. Un soir les yeux ne brillent plus mais piquent, les idées ne fusent plus, la page restera blanche.

Voir des polaroïds, trouver un vieil appareil et devenir photographe, suivre les fashion-week, vendre mes images à des magazines, être exposée, faire des petites photos carrées chaque jour, chaque minute, chaque seconde, ne parler que de ça, ne lire que sur les techniques, les artistes, ne regarder qu’à travers ma collection d’appareils, réussir la prouesse d’en vivre, et ce soir là, en feuilletant un magazine, dans un battement de cil ne plus ressentir aucun frisson. Aller à reculons aux shootings, faire échouer les opportunités, ne plus avoir d’envie du tout.

Un accident, opération du nez, rhinoplastie, le déclic. Interviewer des chirurgiens, des patients, me poser des questions éthiques et philosophiques sur la chirurgie esthétique, lire toutes les publications possibles, écrire un livre sur la rhinoplastie. Décrocher des piges dans la presse beauté. Découvrir les chercheurs, leur course à l’éternelle jeunesse, trouver tout ça fascinant. Un matin ouvrir l’oeil et savoir que tout est fini. Etre incapable de terminer ce papier sur les bonnes et les mauvaises raisons de se faire opérer. Vouloir disparaître. Prendre un avion Le faire.

Dessiner une robe, ouvrir un livre technique, retravailler le dessin, me fasciner pour le tomber qui varie en fonction des plis au millimètre près. Dessiner du matin au soir, remplir des centaines de carnets, lire, rencontrer des créateurs, absorber des informations techniques jusqu’à plus soif. Voyager, mixer les cultures, décrocher la direction artistique d’une marque indienne. Chercher l’inspiration, trouver une thématique, dessiner une collection. Vingt cinq robes, huit vestes, trois pantalons et douze blouses plus tard être félicitée, plébiscitée par les acheteurs, devoir dessiner la prochaine saison et là, sans préavis, ne plus rien avoir à dire. Le néant.  Au point de devoir démissionner.

Ouvrir un grand questionnement sur la vie, l’orientation, le sens à lui donner. Lire des livres de coaching, d’hypnose de thérapies en tout genre, dévorer toute la section psychologie de la bibliothèque en quelques mois, suivre une formation de coaching, des mooc sur le sens de la vie, l’accompagnement thérapeutique, passer le diplôme d’hypnothérapeute, devenir coach certifiée. Expérimenter toutes les formes de thérapies, voir des énergéticiennes, des coachs, des psy, suivre des cercles de constellations familiales. Avoir mes premiers clients, des retours cinq étoiles sur le meilleur site de développement personnel parisien. Décrocher un contrat pour créer une méthode pour donner du sens à sa vie. Me sentir débordée, désemparée, me dire qu’écrire permet de toucher plus de monde, lâcher les consultations.

Chercher une recette de grand-mère pour soigner un rhume, un miracle. Avoir envie d’aller plus loin, lire vingt trois livres sur les remèdes naturels. Expérimenter, être fascinée par la facilité avec laquelle on peut guérir de tout. Découvrir la nourriture saine et son pouvoir étonnant. Arrêter la viande. Les produits laitiers. Evangéliser. Guérir les proches, les amis. Entamer une formation, obtenir un diplôme, m’installer comme naturopathe. Commencer à avoir une petite clientèle, des proches, des moins proches, des inconnus, le bouche à oreilles. Et au énième “J’ai mal au ventre” avoir envie de jeter les 143 huiles essentielles et 7890 pages de solutions à tout par la fenêtre. Ne pas le faire. Terminer douloureusement la consultation. Ne plus répondre aux sollicitations. Annuler tous les rendez-vous. Ne plus soigner personne.

Sujets éparses sans lien évident. J’en passe et des moins bons. Spirale infernale dévorant ma vie. Décider de m’arrêter. Sortir de la zone de l’éternel recommencement. Ne plus m’intéresser à rien. Faire le vide. Laisser de l’espace. Juste vivre. Comme une junkie je cherche un nouveau sujet. Les symptômes sont violents : Ennui mortel, impression d’inutilité, de vacuité. Non, je ne replongerai pas. Laisser enfin la place à la seule chose qui compte : écrire.

Ecrire libérée de tout sujet. Sans intention particulière. Lâcher prise. Laisser le stylo glisser sur le papier. Les mots s’inscrire, le clavier s’animer. Ecrire comme je respire, sans m’étouffer d’expériences et de sciences dissonantes. Libérer cette plume et transformer son griffonnement malhabile en bruissement d’ailes. Non en vrombissement de moteur. En signal de départ. En point d’ouverture. Mieux, en ligne d’horizon.

Comment réussir ce prodige ? Commencer enfin mon roman.

Publicités

Ikigai et mutlipotentialité

Plus on a de cordes à son arc plus il est complexe de savoir ce pourquoi on est fait.

Quand on est multipotentialiste, trouver son ikigai peut permettre de donner une cohérence, un fil rouge à un parcours en apparence chaotique.

On ne panique pas, trouver son ikigai ne veut pas dire que vous n’allez plus faire qu’une seule chose dans votre vie, bien au contraire, vous allez être bien plus libre encore d’explorer de nouveaux domaines et de nouvelles compétences que vous pourrez assumer plus ouvertement car vous saurez pourquoi vous agissez.

Ikiga c’est à la fois la raison d’être mais aussi la joie de vivre, trouver son ikigai c’est trouver pourquoi on se lève le matin, c’est sortir du mode robot et vivre pleinement.

Alors comment trouver sa joie de vivre, sa raison d’être puisque c’est ce que signifie le mot ikigai en japonais ? En apprenant à se connaître.

On voudrait savoir tout de suite en réfléchissant cinq minutes. En réalité on le trouve quand on prend enfin le temps de se poser les bonnes question et qu’on arrête de se mettre la pression.

Quelques questions à se poser pour commencer à ouvrir votre réflexion :

  • Qu’est ce qui compte le plus pour vous dans la vie ? Quelles sont vos valeurs ? Pour les trouver, cherchez du côté de ce qui vous révolte dans le monde
  • Quelles sont les activités que vous adorez pratiquer ? Et parmi celles ci celles dans lesquelles vous êtes (sans fausse modestie) doué et expérimenté ?
  • Auprès de quel public êtes vous à l’aise ? Les femmes ? Les enfants ? Les personnes âgées ? Les dirigeants ? Vous pouvez être attiré par plusieurs sortes de public différents, listez les quand même.
  • Comment pourriez vous concrètement changer les choses dans le monde ? Quelle contribution avez vous envie d’apporter (si vous en avez envie, vous en êtes capable) ?
  • Si vous étiez un super héros, quel serait votre super pouvoir ? Et quelle serait votre mission ?

Ces premières questions peuvent vous donner un début de sens. Bien sûr il faut affiner mais c’est un bon début, vous avez la base, à vous de jouer !

 

 

Comment s’orienter après le Bac quand on est multipotentialiste

Mille choses vous attirent mais rien de précis ? Plein de jobs vous semblent intéressants mais l’idée d’en choisir un seul est déprimante ?

Bonne nouvelle vous êtes multipotentialiste.

C’est à dire que contrairement aux spécialistes qui se passionnent pour un seul sujet toute leur vie, vous avez plein de centres d’intérêt différents et pourrez exercer plein de jobs.

Alors comment choisir les bonnes études ? Règle numéro un prendre son temps : Se précipiter dans des études inappropriées est contre-productif. En Norvège traditionnellement les jeunes ont une année sabbatique après le bac pour réfléchir, voyager, mieux se connaître. L’orientation des jeunes est une réussite. 80% continuent dans la voie qu’ils ont choisi. En France on a peur de perdre du temps et on se lance vite dans des études qui semblent « raisonnables ». Résultat 86% d’échec sur l’orientation.

Pour trouver la meilleure orientation possible quand on a mille idées il faut :

  • Se reconnecter avec soi même, et pas avec ce que les profs, les parents, les amis attendent
  • Aller voir ailleurs ce qui se fait, voyager longtemps, pas forcément très loin, avec peu de moyens pour se mêler à la vie locale réelle
  • Prendre du temps pour soi, apprendre à se connaître
  • Tenir un journal introspectif pour y voir plus clair
  • Regarder des conférences en ligne sur les sujets les plus intéressants, les conférences TED sont faciles d’accès et innovantes
  • Se détacher de ce que disent et pensent les autres
  • Rencontrer des pros des métiers qui semblent les plus attirants pour être dans le concret et faire le tri entre fantasme et réalité
  • Lister les personnes que l’on admire et en chercher les raisons
  • Lister les jobs qui nous font rêver – même s’il y en a plein et qu’ils n’ont aucun lien entre eux, même si on pense n’avoir ni les capacités ni la persévérance pour les exercer – et trouver ce qui nous intéresse dans ces jobs

Si après avoir exploré toutes ces pistes vous n’y voyez toujours pas plus clair, faire le point avec un pro. Je propose des consultations d’orientation professionnelle et je suis spécilisée dans les multipotentialistes. Ayant moi même exercé plus de 30 métiers différents, je peux vous aider à trouver un fil rouge à vos choix et à déterminer les études les plus appropriées.

Comment votre absence de passion vous rend passionnant

Si comme moi vous vous intéressez et aimez faire plein de choses qui n’ont souvent aucun lien les unes avec les autres — dans mon cas, entre autres : danser dans l’eau, la sculpture italienne, la naturopathie, les théories d’Alice Miller, les romans initiatiques, le cinéma israélien, les jeux de société, le pilates, la gastronomie française, la musique indienne, le tarot de Marseille, l’artisanat, le minimalisme, etc. Cette liste est sans fin puisque j’en découvre chaque jour.

Si rien ne retient votre attention très longtemps, mais tout vous intéresse.

Si comme moi vous avez eu un mal fou à savoir ce que vous vouliez faire quand vous serez plus grand.

Ou plutôt vous avez tout voulu faire : Pilote d’avion, chanteuse de cabaret, restaurateur, artiste peintre, chercheur en anthropologie, psychologue, directeur de cabinet ministériel, chauffeur d’ambassade et j’en passe.

Si comme moi vous n’arrivez toujours pas à vous en tenir à un seul métier, ni même un seul domaine.

Et ça vous donne l’impression de ne pas avoir de but dans la vie.

Vous êtes probablement aussi un multipotentialiste

Le genre humain est complexe, il y a les introvertis et les extravertis, de la même manière il y a les spécialistes, ceux qui ont une passion, une seule et qui y consacrent toute leur existence, et les multipotentialistes qui ont un besoin vicéral de nouveauté.

Apprendre l’existence de cette façon d’être, me rendre compte que je n’étais pas la seule, bien au contraire m’a libérée.

Non je n’étais pas inconstante, dilettante, et trop légère comme on a pu me le faire croire.

Non je n’étais pas obligée de choisir, bien au contraire je pouvais nourrir mes différentes envies les unes avec les autres.

Créer du lien là où personne n’en avait vu avant.

Comme par exemple quand j’ai fusionné mes photos de lingerie et mes photos de lieux sacrés pour coller des affiches revendiquant le sacré de la féminité en Inde.

Ou quand j’ai fait barouder mes Louboutin sur des chemins improbables lors de mes voyages.

Ou encore quand j’ai proposé à une ONG indienne de donner une direction artistique à sa ligne de vêtements pour mieux les vendre à l’international.

Imaginer des solutions, créer de nouvelles façons de faire, oser mixer l’improbable, c’est ce que peuvent apporter les multipotentialistes en travaillant avec des spécialistes.

Non il n’y a pas que les spécialistes qui soient pertinents et intéressants, je pouvais moi aussi apporter ma pierre à l’édifice. Un soulagement que j’aimerais partager avec tous ceux qui souffrent du syndrôme de l’impossibilité de choisir.

Arrêtez de vouloir choisir. Arrêtez de vous censurer. Laissez vous la liberté de faire tout ce qui vous met en joie.

Oui tout ! De sirène à tarologue, d’animatrice radio à guide touristique, de styliste à photographe, dès que j’ai suivi ce qui me faisait follement envie j’ai accompli des choses merveilleuses.

Prenez la joie comme boussole, arrêtez d’écouter les autres ou votre peur et lancez vous sur votre chemin de vie, plus il sera personnel, plus votre contribution au monde sera intéressante, foncez !