Mon roman feelgood « Va vers ta peur » paraît chez Marabout

On m’a demandé depuis quand j’écris. Je n’ai pas su répondre. Peut être depuis que je sais former des lettres et composer des phrases ? Un peu ridicule et finalement assez prétentieux. Quand est ce que j’ai réalisé que j’écrivais est peut être la question à laquelle répondre. Là encore je ne sais pas. Au lycée mon écriture m’a permis de me sortir de contrôles surprises où mes connaissances n’étaient pas à la hauteur, c’est là que j’ai pris conscience que mes mots avaient le pouvoir de faire oublier, d’embuer, d’emmener ailleurs, au moins mes professeurs. Alors j’ai écrit, à la fac, puis très vite des interventions à l’antenne pour la radio, des articles pour la presse féminine, des guides pratiques, des posts de blog. J’ai écrit sans oser me lancer. Sans tenter quoi que ce soit d’un peu personnel. Jusqu’au jour où j’ai compris que je ne serais jamais heureuse si je n’essayais pas. Alors je me suis rendue dans un atelier d’écriture, et pour la première fois j’ai vraiment tenté l’expérience de la page blanche, la vraie. Par chance je suis tombée sur un écrivain extraordinaire qui m’a comprise et encouragée. Qui a vu derrière mes figures de style maladroites le potentiel, la possibilité d’un livre. Grâce à ses remarques je me suis lancée, j’ai écrit un roman, raconté à ma façon des moments très intimes, je me suis sentie nue, démunie. Surtout quand, malgré les réactions positives d’autres animateurs d’ateliers et écrivains reconnus, en dépit des remarques prometteuses de mes proches, j’ai commencé à recevoir des lettres de refus. Pour ne pas me décourager je suis remontée à la source : pourquoi est ce que j’ai voulu écrire ? Quand s’est produit le déclic ? J’en ai parlé avec une éditrice avec qui je voyageais en train pour me rendre à une signature pour mon dernier guide de développement personnel, elle a aimé mon histoire au point qu’elle m’a proposé de l’écrire. Ecrire en sachant que j’allais être lue, c’est tout à fait différent. Oser me dévoiler, raconter mes moments absurdes, mes doutes, mes faux pas. Ce premier roman édité qui techniquement est mon deuxième, sortira le 6 février. Il s’appelle « Va vers ta peur », c’est Marabout qui a cru en moi, pas Gallimard ni Grasset, certains diront que ça n’est pas vraiment de la littérature, d’autres que ce n’est pas tout à fait un récit, ou bien peut être personne n’en dira rien. Tout ce que je sais c’est qu’il est né de mon envie d’encourager chacun à se lancer, vivre ses envies et lâcher ses idées reçues.

Comment commencer à désencombrer : 5 idées starter

Quand on prend la décision d’y voir plus clair dans sa vie, mon premier conseil est de commencer par faire le vide chez soi.

Le simple fait de faire de la place, nettoyer, ranger, trier son appartement, sa maison, sa chambre permet de se sentir léger. Cette légèreté est indispensable pour ouvrir un nouvelle ère dans sa vie et y voir plus clair en soi.

Beaucoup me demandent par où commencer car c’est parfois un vrai travail de fond ! Voici 7 idées pour se lancer en douceur, chacun(e) à son rythme :

  1. Commencez par un élément qui vous facilitera le quotidien : votre garde-robe, votre cuisine, le résultat se fera vite sentir et vous boostera
  2. Gardez ce que vous hésitez à jeter/donner/vendre dans des sacs pendant quatre mois. Si rien ne vous a manqué, allégez vous !
  3. Lisez le fameux roman « La mise à nu des époux Ransome » d’Alan Bennett pour relativiser et en rire
  4. Trouvez une personne qui elle aussi a envie de faire de la place dans sa vie et lancez vous des défis : cette semaine la salle de bain/les chaussures/etc
  5. Offrez vous une expérience qui vous fait vraiment envie pour vous féliciter des premiers pas accomplis : massage, restaurant, séance de yoga, …

A vous de jouer !