Comment connaître mes talents ?

On a tous des talents très différents et très variés.

La limite de ces talents c’est que très souvent on ne les reconnaît pas.

Si quand on vous fait un compliment vous dites souvent :

  • Oh non mais c’était très facile
  • Tu sais tu pourrais le faire toi aussi
  • J’ai eu beaucoup de chance
  • Ça ? Oh c’est rien

Ou autres répliques dévalorisantes c’est très probablement que vous n’avez pas conscience de vos talents.

Comment savoir quels sont vos talents ?

Voici un petit exercice qui peut vous aider :

Listez sur une feuille blanche les 5 choses sur lesquelles on vous complimente le plus souvent

Puis listez les 5 situation les plus difficiles que vous avez réussi à surmonter : quelles ont été les qualités que vous avez mis en oeuvre ?

Et enfin faite une longue liste de tout ce que vous savez faire. Peu importe la valeur que vous y accordez, mettez tout du fait de savoir recoudre un bouton, au super pot-au-feu qui fait le bonheur de vos proches en passant par consoler vos copines déprimées ou même faire des grimaces qui font rire les enfants.

Prenez ensuite le temps de relire vos listes et essayez de voir ce qui revient : ce sont vos dons, vos talents principaux. Leur combinaison et votre façon de les utiliser fait de vous un être unique et irremplaçable, le monde a besoin de vos talents : utilisez les !

 

Publicités

5 excellentes raisons de sortir de votre zone de confort

4c135b7900881a60d6b9a37f24d5e5e8On parle beaucoup de sortir de sa zone de confort dans les conseils de développement personnel, sur les sites de bien-être, de quoi s’agit il exactement ?

Pensez à votre bon vieux plaid un peu usé.

Il est objectivement vilain.

Il n’est plus doux depuis 1996.

Il bouloche.

Pourtant vous vous enroulez dedans dés que vous avez besoin de réconfort.

 

Dans votre vie la zone de confort fonctionne un peu comme ce vieux plaid :

Ce sont des habitudes qui ne sont pas forcément agréables

Des événements quotidiens qui parfois même sont odieux

Mais comme vous les connaissez par coeur ils vous rassurent.

 

Etre coincée dans les bouchons si vous prenez le périf parisien tous les matins, c’est votre zone de confort.

Votre patron qui vous hurle dessus, si c’est son habitude, c’est votre zone de confort.

Cela peut aussi être agréable : boire le même thé tous les matins, vivre dans le même très joli appartement depuis dix ans…

Mais dans tous les cas cela vous rassure car c’est familier et il est difficile d’en sortir.

 

Pourquoi alors se faire violence ? Voici 5 excellentes raisons :

  1. C’est ainsi que l’on découvre – de nouvelles saveurs, de nouveaux chemins – et que l’on a plein de bonnes surprises
  2. C’est le seul moyen de changer les choses dans notre vie. En faisant toujours la même chose, on obtient toujours le même résultat.
  3. C’est le meilleur moyen d’apprendre car on doit s’adapter, nos capacités d’apprentissage sont multipliées.
  4. C’est la recette de la chance car on crée de nouvelles opportunités
  5. C’est la liberté car plus on en sort plus on l’agrandit, du coup on se sent en confort dans beaucoup plus de circonstances

 

Pour ceux qui veulent un résumé simple et ludique, je vous conseille de regarder cette vidéo très bien faite sur le sujet :

 

 

Osez briller

Souvent dans mes consultations je me retrouve confrontée à un phénomène très répandu : la peur de briller.

Je me trouve face à des personnes très talentueuses, très intelligentes, pleines de dons mais qui préfèrent, consciemment ou pas, les laisser en sommeil pour ne pas déranger, ne pas trop s’imposer.

Leur argument quand on met à jour le souci : Mais qui suis-je pour me permettre d’aspirer à gagner ma vie avec ce job/ être une artiste reconnue / être au top dans mon domaine ?

Il est vrai que l’on est éduqué à se minimiser, à être humbles car « ça ne se fait pas » d’avoir envie de briller. Si jamais on a un peu d’ambition on nous reproche vite d’avoir « les dents qui rayent le plancher » ou pire d’être prétentieux. Et ce dès l’enfance. On nous remet en place « Tu te prends pour qui ? » « Tu sais combien de personnes vivent de ce métier aujourd’hui ? » « Pfff tu rêves »

e86556abfde694d4cf9a1bbe8c831a46

Du coup plus on avance plus on s’éteint. On choisit d’être dans la norme. De ne pas trop déborder pour ne pas déranger. Et on passe à côté de sa mission de vie. Car oui, très souvent on a conscience de ce que l’on devrait faire, ce que l’on pourrait apporter au monde mais on s’autocensure. On se brime comme l’ont fait ceux à qui on a eu le malheur de confier nos ambitions un peu folles ou étonnantes.

Observez vous, surveillez votre censeur intérieur, que dit il quand vous rêvez de succès ? Notez bien ses remarques et essayez de comprendre d’où elles viennent. Souvent vous reconnaîtrez un proche, un prof, une institutrice. Le simple fait de remarquer que cette voix intériorisée n’est pas la vôtre va vous en libérer. Pour lui clouer le bec définitivement, trouvez les réponses les plus concrètes possibles à ses remarques. Par exemple « Tu es nulle » => « Non regarde, j’ai réussi tel et tel examen difficile, j’ai fait mes preuves en réussissant ceci et cela ». A chaque petite phrase assassine trouvez la réponse et ne vous laissez plus écrabouiller.

Qui êtes vous pour briller ? Il est grand temps de prendre la question à l’envers : De quel droit privez vous le monde de vos dons ?

Besoin d’aide dans ce sens ? Contactez moi :