Défi un an sans « rien de neuf »

Depuis janvier je me suis lancé le défi de ne rien acheter de neuf pour des raisons écologiques et minimalistes.

Je n’en ai pas parlé tout de suite car honnêtement je ne pensais pas en être capable et j’avais peur de me ridiculiser en craquant une semaine plus tard.
Sept mois après avoir commencé j’ai craqué 5 fois ce que je trouve assez inespéré même si ça n’est pas parfait. J’ai envie de vous livrer un petit bilan de cette expérience que je vais continuer.
Le principe :
J’ai fait mon dernier achat neuf le premier jour des soldes d’hiver en janvier dernier : deux pulls et un gilet.
Depuis je mixe ressourceries, textilerie, emmaüs, dépôt vente, brocantes, braderies, etc que ce soit pour mes vêtements, ceux des enfants, les objets du quotidien et autre.
Mes craquages :
1.En mars, ne trouvant pas de moule à madeleines pendant plus de quinze jours de recherches j’ai dû en prendre un chez Monoprix car mon fils me réclamait des madeleines tous les jours.
 2.En mai, aux soldes de presse Antik Batik où j’ai été pour une amie je n’ai pas pu résister à un top que j’avais déjà par le passé mais qu’un voyage en Inde avait achevé, ultra bradé.
3.En avril un bateau en bois pour l’anniversaire d’un copain de crèche de mon fils par manque de temps pour chiner (invitation de dernière minute)
4. En juillet un livre pour le travail que je n’arrivais pas à trouver d’occasion.
5. En juillet aussi, une paire de sandales neuves car soldée elle était au même prix que celles que j’avais repérées sur vinted et la couleur me plaisait plus j’ai un peu honte car j’aurais pu éviter mais je les adore.
Mes meilleures trouvailles :
1. Un manteau Balmain des années 60 magnifique pile dans mon style et mes couleurs à 10 euros
2. Des mocassins minnetonka un peu chic avec des perles plus travaillées pour 35 euros comme neuves que je porte presque tous les jours
Mes difficultés :
Là où j’ai le plus de mal c’est pour les cadeaux, j’ai l’impression qu’offrir une petite chose chinée vexe parfois certaines personnes et me fait passer pour une radine alors que je trouve des merveilles (robe Bonpoint, veste Dior, etc) que je n’aurais pas pu offrir autrement. Après le fait que la personne ne puisse pas changer complexifie… Et l’immatériel ce n’est pas toujours évident surtout quand c’est quelqu’un qui n’est pas si proche ou un enfant.
Les points positifs :
Je trouve des merveilles, je fais des économies, je prends plus de plaisir à chiner qu’à faire du shopping que j’ai toujours détesté (musique forte dans les boutiques, lumière violente, trop de monde, trop de choses, vendeuses pas sympa ou envahissantes etc) je me sens investie dans une démarche hyper positive, je me sens plus alignée avec mes convictions.
Conclusion :
Je continue et je ne pense pas revenir en arrière même à la fin des 12 mois, peut être de temps en temps pour un cadeau ou des choses difficiles à trouver d’occasion comme la lingerie, les chaussettes et les chaussures mais je garderai toujours le réflexe de regarder en premier la seconde main.
Qui fait ça aussi ? J’aimerais bien vous lire !
Publicités

Comment commencer à désencombrer : 5 idées starter

Quand on prend la décision d’y voir plus clair dans sa vie, mon premier conseil est de commencer par faire le vide chez soi.

Le simple fait de faire de la place, nettoyer, ranger, trier son appartement, sa maison, sa chambre permet de se sentir léger. Cette légèreté est indispensable pour ouvrir un nouvelle ère dans sa vie et y voir plus clair en soi.

Beaucoup me demandent par où commencer car c’est parfois un vrai travail de fond ! Voici 7 idées pour se lancer en douceur, chacun(e) à son rythme :

  1. Commencez par un élément qui vous facilitera le quotidien : votre garde-robe, votre cuisine, le résultat se fera vite sentir et vous boostera
  2. Gardez ce que vous hésitez à jeter/donner/vendre dans des sacs pendant quatre mois. Si rien ne vous a manqué, allégez vous !
  3. Lisez le fameux roman « La mise à nu des époux Ransome » d’Alan Bennett pour relativiser et en rire
  4. Trouvez une personne qui elle aussi a envie de faire de la place dans sa vie et lancez vous des défis : cette semaine la salle de bain/les chaussures/etc
  5. Offrez vous une expérience qui vous fait vraiment envie pour vous féliciter des premiers pas accomplis : massage, restaurant, séance de yoga, …

A vous de jouer !

 

Moins et mieux

Le minimalisme a commencé pour moi en voyage. Ma conversion de fashionista hystérique à minimaliste convaincue s’est faite en Inde où j’ai vécu 3 mois. Voyageant en moto avec le strict minimum, j’ai pu constater que rien ne me manquais, j’aurais pu vivre le restant de mes jours comme ça sans rien de plus. Et être au top du bonheur.

Ça a été une révélation. Je me suis sentie libérée.

Ce que je me racontais « Je meurs si je n’ai pas ce nouveau top », « J’ai besoin d’une nouvelle jupe », « Le shopping me rend heureuse » n’avait aucun sens. Cela me donnait juste l’illusion de remplir mon existence désespérément vide.

J’ai toujours aimé les belles choses, et je les apprécie encore, mais je préfère aujourd’hui la qualité à la quantité. Je n’achète plus que très rarement et j’investis dans de très belles pièces, de belles matières naturelles. La beauté sauvera le monde et il est hors de question de m’en couper. Pour moi le minimalisme n’est pas la privation mais le fait de choisir en conscience des objets agréables, utiles et durables.

En rentrant de mon escapade indienne, j’ai vidé les 3/4 de ma garde-robe, mais aussi de mes livres, mes objets, j’ai donné vendu, débarrassé avec un plaisir sans nom !

Arrêter d’acheter a été plus dur. Le shopping était un loisir pour moi. J’aimais l’idée de la chasse au trésor, trouver la pièce parfaite en parcourant les boutiques me provoquait une excitation que j’ai eu du mal à retrouver ailleurs. Alors je me suis fixé une règle : Si un objet entre chez moi, un autre doit sortir, vu que je n’ai plus que des choses que j’aime cela me rend extrêmement exigeante.

J’ai mis du temps à aligner ma vie avec mes nouvelles convictions  car le shopping était non seulement mon passe-temps mais aussi mon métier : j’étais photographe et blogueuse mode. Pouvais-je encore mettre mon énergie à faire rêver de pièces inaccessibles ? A inciter les autres à faire ce que je ne voulais plus faire : acheter encore et encore, désirer de la nouveauté encore et encore ? Non, bien sûr que non !

Au début je me disais que puisque j’ai toujours choisi avec la plus grande attention les marques avec lesquelles je collaborais, j’incitais les gens à faire de bons choix. Que je prônais la qualité. Que je faisais rêver, cela ne faisait de mal à personne. Mais je sentais bien que je n’étais pas droite dans mes bottines pailletées.

Alors j’ai entamé une longue reconversion. Grâce à mon minimalisme nouveau j’ai pu économiser, refuser les jobs les plus vides de sens, m’offrir le luxe d’étudier, repartir en Inde faire des formations, investir dans mon développement personnel, ma vie, mon avenir plutôt que dans un énième nouveau jean parfait.

Pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression de décider réellement ce que je faisais. De faire avancer les choses pour moi mais aussi, quelque part pour le monde.

Aujourd’hui je suis coach, conférencière et auteur, j’aide les gens à faire le vide en eux pour mieux se connaître et se reconnecter avec leur joie de vivre. Mon minimalisme aura transformé jusqu’à ma vision de la vie et je suis persuadée qu’il peut changer celle de nombre d’entre nous !

Et vous, vous en êtes où avec la (sur-)consommation ?